Pourquoi il ne faut pas enregistrer ses images JPEG plusieurs fois

Dans l’article consacré aux formats RAW et JPEG, parmi les inconvénients du JPEG il y avait le problème la compression destructrice d’information. Voici quelques informations concernant le format et l’enregistrement des fichiers.

JPEG ?

Il s’agit du nom d’un format d’image développé dans les années 1980/1990, la norme ayant été définie en 1991. Son but est la compression d’image fixe pour diminuer la taille.

Globalement l’idée n’est plus de décrire chaque pixel composant l’image, mais d’essayer de regrouper les informations. Si vous souhaitez des détails technique concernant le JPEG, je vous suggère la lecture de cet article sur le JPEG sur Wikipedia.

Pour illustrer le principe de compression et compression JPEG, supposons que nous avons l’image ci-dessous ou chaque case représente 1 pixel :

image-bmp

En bitmap, sans compression pour chaque pixel on va décrire la couleur, l’image sera décrite comme étant :
A1:vert, B1:vert; C1:vert plus clair; D1:vert plus clair; E1:vert plus clair; F1:vert plus clair; G1:rouge; H1:rouge; I1:rouge; J1:rouge; K1:bleu;  L1:bleu; M1:bleu; N1:bleu; O1:bleu; A2:vert, B2:vert; C2:vert; D2:vert plus clair; E2:vert plus clair; F2:vert plus clair; G2:rouge; H2:rouge; I2:bleu; J2:bleu; K2:bleu;  L2:bleu; M2:bleu; N2:bleu; O2:bleu;

On voit que certains éléments se répètent assez souvent, l’idée de la compression est de ne plus décrire chaque pixel, mais des groupes de pixels identiques, notre description devient par exemple :
A1-B1:vert; C1-F1:vert plus clair; G1-J1:rouge; K1-O1: bleu; A2-C2:vert; D2-F2: vert clair; G2-H2:rouge;I2-O2:bleu;

C’est tout de suite plus compact non ? Dans ce cas-ci, avec ces informations il est possible de recomposer mon image à l’identique; c’est ce que l’on appelle une compression non destructrice ou sans perte.
C’est le cas de certains formats RAW, du TIFF avec la compression LZW ou ZIP par exemple.

Le JPEG va une étape plus loin et partant du principe que notre œil ne détecte pas l’ensemble des couleurs existant réellement, on peut regrouper certaines teintes proches. Notre image va être décrite par :
A1-F1:vert; G1-J1:rouge; K1-O1: bleu; A2-F2: vert; G2-H2:rouge;I2-O2:bleu;

C’est encore plus compact, voici l’image qui en résulte si on la recompose sur base de la description :

image-compression-jpeg

C’est plus tout à fait la même chose …

Compression / réglage de la qualité

Bien sur avec la compression JPEG en général comme on garde un taux de compression relativement faible ce n’est pas aussi flagrant que mon exemple (il fallait bien forcer un peu les défauts).

L’étendue du regroupement des zones similaires dépend du niveau de qualité sélectionné lors de l’enregistrement de l’image avec votre logiciel.

reglage-compression
Plus ce niveau est élevé moins la compression est forte et plus la qualité d’image est préservée.
Mes images de démonstration ci-dessus ont été enregistrées avec un niveau de qualité de 95 ce qui permet d’avoir une taille de fichier réduite et une qualité correcte.

Voici par exemple la même image que la 1ère image (celle ou les 2 verts sont visibles) avec une qualité de 50 et de 5 afin de montrer l’effet d’une trop grande compression.

image-jpeg-50

image-jpeg-5

Sur la 2ème image les pertes de qualité sont fortement visibles. Heureusement les appareils photo n’utilisent pas une qualité aussi basse.

Enregistrements multiples

On l’a vu plus haut, la compression est appliquée lors de l’enregistrement de l’image par le logiciel, cela signifie donc qu’il faut éviter d’enregistrer plusieurs fois une image au format JPEG. Cela pourrait être le cas si vous faites de la retouche.

Ce qu’il ne faut pas faire

Ouvrir le fichier exemple.jpg , faire quelques changements/modifications; enregistrer le travail au format JPEG avec le nom exemple1.jpg. Le lendemain ouvrir exemple1.jpg faire quelques modifs et l’enregistrer sous exemple2.jpg. Et recommencer plusieurs fois.

Pourquoi ?

Lors de chaque enregistrement il va y avoir compression et une perte d’information de plus en plus importante.

Comment faire alors ?

Si vous partez d’un JPEG, ouvrez le fichier JPEG, enregistrez le directement dans un format non destructif comme le TIFF ou le PSD par exemple; faites vos modifications et quand vous avez fini enregistrez votre fichier toujours dans un format non destructif. Plus tard, le lendemain, reprenez vos modifications la ou vous les avez laissées et ne sauvez en JPEG que lorsque vous avez fini.

La perte de qualité est-elle réelle ?

Oui, pour illustrer la perte de qualité qui a lieu lors d’enregistrements multiples, voici le résultat d’un petit test mené il y a quelques années.

Je suis parti de l’image suivante :ori

Elle a été enregistrée avec une qualité de 95%, ce qui donne cette image-ci :2

Cette image a été ouverte et à nouveau enregistrée avec une qualité de 95% ce qui donne :3

47 sauvegardes plus tard voici l’image :50

3997 enregistrements plus tard, voici le résultat :4000

Ce que l’on peut constater c’est que la perte de qualité se fait surtout durant les premières sauvegardes; il y a très peu de changement lors des 2 ou 3 premières sauvegardes par contre cela se dégrade de manière visible jusqu’à la 50ème génération.

Au delà, entre la 50 et la 4000ème génération la diminution de qualité est nettement moins visible (l’image est déjà tellement abimée que …).

Bref, voila pourquoi s’il n’y a rien de mal à utiliser le format JPEG, il faut par contre éviter d’enregistrer plusieurs fois l’image en JPEG, car à chaque fois la compression fait son travail et dégrade la qualité de la photo.

Abonnez-vous à la liste de diffusion !
recevez notre guide pour bien débuter en photographie sportive
Gratuit
24 pages
4 questions et les réponses
Introduisez votre prénom et adresse email ci-dessous

, , ,

6 Responses to Pourquoi il ne faut pas enregistrer ses images JPEG plusieurs fois

  1. Pyrros 15/03/2012 at 19:13 #

    Avec les exemples c’est plus facile à comprendre, la notion est moins théorique que dans les livres de photos

    La perte est encore plus visible quand il s’agit d’arbre ou d’herbe
    Pyrros recently posted..Euroligue1 handibasket : Toulouse I.C. vs Beit Halochem Tel AvivMy Profile

  2. blogger 19/03/2012 at 20:52 #

    merci pour pour l info , je connaissais pas ce truc

  3. Mary 21/03/2012 at 15:57 #

    Mais quelle patience pour faire ce travail 3997 fois… rien que pour nous montrer le résultat ;)

    C’est clair que la dégradation est grande et cet exemple le montre bien !
    Perso, je me sers de Gimp pour retoucher et rectifier mes photos et entre deux retouches j’enregistre au format Gimp (.*xcf)… l’équivalent du format photoshop… je suppose…. car je tourne sous Linux et n’ai pas de comparaison possible avec un logiciel windows !

  4. Animateur Tennis Normandie 28/03/2012 at 19:19 #

    Oui la compression se voit clairement sur la taille de la photo.

    Par exemple avant d’uploader de grosses photos sur Facebook, si (par exemple) une photo fait 5Mo, le simple fait de l’ouvrir avec paint et de l’enregistrer sans aucune modif réduit la taille à environ 1mo …

    ça se ressent forcément sur la qualité …

    Merci pour les détails

  5. Rachel 04/01/2013 at 18:09 #

    dis donc…moi qui considérait seulement que le JPEG était le format le plus léger…

Laisser un commentaire

CommentLuv badge