Votre entrée gratuite pour le salon de la photo

Affiche salon de la Photo 2014 - photo Elene Usdin Cette année le blog Photographie Sportive est partenaire de l’édition du Salon de la Photo qui se déroule du 13 au 17 novembre à Paris Expo, Porte de Versailles.

Durant ces 5 jours les visiteurs pourront retrouver en un seul endroit les plus grandes marques du monde la photo (fabricants, importateurs, …). Ce salon est également l’occasion de découvrir les dernières innovations technologiques qui se rapportent au monde de l’image (prise de vue, impression, stockage, retouche, …).

A coté du côté technique, le salon propose également des expos et conférences. On y verra entre autres une expo consacrée à Sabine Weiss et sa photographie humaniste. A l’heure actuelle le programme des conférences n’est pas encore connu, mais il devrait bientôt se trouver sur la page conférence du site du Salon.

 

Pour recevoir votre entrée gratuite, rien de plus simple. Rendez-vous sur la page http://www.invitationphoto.com et inscrivez-vous en utilisant le code suivant :

PGS14

Bonne visite …

Comments { 0 }

Exemple de workflow avec Photo Mechanic et Lightroom

Après l’article précédent donnant 6 bonnes raisons d’utiliser Photo Mechanic pour importer et trier ses photos, voici une vidéo montrant cela en action.

Dans cette vidéo je vais importer le contenu d’une carte mémoire, durant l’importation on va commencer à visionner et sélectionner des photos. On va ensuite affiner la sélection et exporter quelques images au format JPEG.

On verra également comment importer facilement les photos sélectionnées en Photo Mechanic à la librairie LightRoom afin de pouvoir effectuer des retouches éventuelles.

 

N’hésitez pas à poser vos questions et remarques en commentaires de cet article.

Dans d’autres articles / vidéos, j’expliquerais en détail comment configurer Photo Mechanic et effectuer les différentes opérations que l’on voit dans la vidéo.

Comments { 2 }

6 raisons d’utiliser Photo Mechanic

Il y a plus d’un an, j’avais réalisé une vidéo montrant une partie de mon workflow (flux de travail) montrant comment gagner du temps pour écrire les légendes de photos dans Lightroom. Cette solution était basée sur Lightroom qui était mon outil principal et un petit utilitaire gérant des raccourcis.

Depuis lors de l’eau à coulé sous les ponts et mon workflow a changé. Photo Mechanic a fait son apparition dans mon workflow et remplace Lightroom pour un certain nombre de tâches au début du flux.

image

Alors qu’avant j’utilisait Lightroom de A à Z c’est à dire importer les photos depuis la carte mémoire, trier les photos, les légender, apporter quelques corrections si nécessaire (principalement au niveau recadrage et luminosité), cataloguer et exporter les fichiers maintenant il me sert uniquement pour les corrections, cataloguer et exporter les images.
Le reste des opérations se fait maintenant avec Photo Mechanic, un programme Windows et Mac qui existe depuis 1998 et qui est utilisé par bon nombre de photojournalistes à travers le monde.
Autant le dire tout de suite, Photo Mechanic n’est pas gratuit, il coute 150$, que 150$ ai-je envie de dire. Quand je vois le temps qu’il me fait gagner, je me demande pourquoi je ne l’ai pas acheté plus tôt.
Si vous voulez tester il est possible de télécharger une version d’essai.

Pourquoi j’utilise Photo Mechanic ?

Globalement la raison est en rapport avec le vitesse et le temps gagné. Voici quelques détails sur les raisons pour m’ont poussé à l’adopter :

  • la rapidité de visualisation des images à 100%. Si avec Lightroom (LR) même avec un gros processeur et beaucoup de RAM il faut parfois quelques secondes pour générer et afficher une image à 100% avec Photo Mechanic (PM pour les intimes) cette opération est instantanée même sur des fichiers RAW. Cela permet de gagner énormément de temps pour sélectionner les bonnes images

Continuer la lecture →

Comments { 3 }

4 choses que j’ai apprises en travaillant pour la presse

Cela fait maintenant un peu plus d’un an que j’ai commencé à collaborer régulièrement avec un quotidien pour couvrir les événements sportifs.
Après plus de 150 reportages, des centaines de photos publiées, des dizaines de diaporamas et de séquences vidéos je me rends compte que mon mode de fonctionnement et mon point de vue a changé sur certains points (ou pas Clignement d'œil).
L’occasion aussi de râler sur l’un ou l’autre truc Sourire.

Vive le JPEG

J’ai toujours apprécié le JPEG (voir l’article et la comparaison JPEG-RAW) et pensé qu’il ne fallait pas le dénigrer, mais lorsque j’ai commencé à travailler pour le journal j’ai choisi travailler en RAW car cela me permettait de compenser les problèmes d’éclairages cyclique, balance des blancs variables. Ca a duré quelques mois jusqu’à un week-end ou je me suis retrouvé avec 7 reportages (matchs de basket, foot et boxe) sur un samedi après midi/soir et le lendemain pendant que j’étais en train d’éditer les quelques 2000 photos (+ de 40 go de fichiers), un nouveau reportage est tombé. Le RAW étant plus lourd (plus volumineux, …) les fichiers sont plus lents à traiter, dans le cas d’une utilisation presse le JPEG à vraiment tout son sens.

Chimping

Je ne connais pas la traduction en français (si vous avez une suggestion …), mais c’est le fait de regarder les photos que l’on vient de faire sur l’écran de l’appareil. Au début pour rester concentré sur le sport je regardais peu les photos, mais le temps passant je me rends compte que je regarde de plus en plus l’écran et je profite de moments avec moins d’action pour supprimer les photos clairement ratées, marquer/tagger certaines photos plus intéressantes que les autres. En supprimant directement les photos ratées, j’ai moins d’images à télécharger et une fois importées je peux facilement faire apparaître les photos marquées que je vais traiter en priorité. Quand le temps est limité cela me permets d’éditer et d’envoyer des images quelques minutes après avoir importé les photos dans LightRoom.

Les horaires

Si la partie fun de la photographie sportive c’est partie photo d’action, de match, il y aussi des événements annexes qui sont à mon sens moins passionnants : les conférences de presse, présentation des équipes. Quand une présentation est annoncée à 18h et qu’en fait ça ne commence pas avant 19h30 ça laisse du temps libre pour réfléchir (beaucoup trop).
Donc maintenant je commence à me méfier des horaires indiqués pour les présentations, conférences de presse ;-).
Par contre le contraire c’est déjà vu aussi. Photo annoncée à 18h30, à 18h30 et 15s il n’y avait plus rien à voir …

La 4G ?

La 4G, vous avez cet internet mobile ultra rapide dont on parle beaucoup. C’est effectivement super quand marche, mais personnellement j’aurai une préférence pour un bon réseau 3G fonctionnel partout (et à l’intérieur) car envoyer des photos sur une connexion Edge à la ramasse depuis un trou perdu c’est énervant… surtout quand on se rend compte que l’heure du bouclage approche et que l’envoi n’a pas l’air de progresser.

 

Si certains de vos à priori, comportements ont changé avec l’expérience n’hésitez pas à réagir dans les commentaires et à expliquer ce qui à changé et pourquoi.

Comments { 4 }

Photographier du Baseball : 2ème partie

dans photographier du baseball 1ère partie nous avons vu une petite présentation du baseball, le matériel et des exemples de photo depuis le coté 1ère base. Dans cette partie nous allons voir des exemples de photos de baseball prises coté 3ème base ainsi que de derrière le marbre.

Un joueur des Braves est touché par une balle, ce qui lui permet d'atteindre directement la 1ère base.

Photographier du baseball coté 3ème base

c’est simple, c’est comme coté 1ère base mais dans l’autre sens , donc il suffit de se revoir l’article précédent sur la photo de baseball Clignement d'œil

Plus sérieusement, s’il y a certaines similarités avec la position en 1ère base, cette position permet également de voir le jeu sous un autre jour.
Je vais commencer par les similarités, de la 3ème base on a donc une meilleure vue sur les joueurs gauchers à la batte (cette fois c’est les droitiers qui vous tournent le dos), de même un lanceur droitier sera plus visible depuis ce coté.
Comme de l’autre coté, on a une vue sur l’ensemble du terrain, mais voici quelques points avec de l’action à surveiller

La 1ère base

J’apprécie ce coté pour la vue qu’il donne sur la 1ère base, car c’est la base sur laquelle se concentre généralement le plus d’action : lors d’une frappe, c’est souvent (dépend de la situation) vers la 1ère base que sera renvoyée la balle afin d’éliminer le coureur. Quand tous les éléments se mettent en place niveau timing, la balle et le coureur sont proche de la base au même moment ce qui peut donner ceci :

Ludovic GEUQUET (33)  des Namur Angelssmc_20130608_0183_Baseball_1BB_Angels_Stars

Si la balle avait de l’avance ce sera peut être plutôt comme ceci :

smc_20130608_0127_Baseball_1BB_Angels_Stars

Un autre élément à surveiller ce sont les tentatives de pick-off quand quand un joueur prends un peu de distance avec sa base, cela permet souvent d’avoir une bonne vue sur le joueur de 1ère base qui rattrape la balle.

Continuer la lecture →

Comments { 2 }

Photographier du Baseball – 1ère partie

Baseball Minimes : Namur Angels - Merksem. 2ème tour du championnat. Victoire de Namur 10-6.

Sport très peu médiatisé en France ou en Belgique et donc assez méconnu, le Baseball est un sport intéressant à photographier mais qui nécessite  une certaine connaissance du jeu pour pouvoir anticiper au mieux les actions.
Une partie des joueurs est facilement photographiable car ils sont relativement statiques sur leurs positions. Obtenir des photos du lanceur et du frappeur est assez facile car ils sont à la base de l’action et leurs positions sont fixes et les actions prévisibles.

Mais les photos finissent rapidement par se ressembler, le chalenge en baseball consiste à obtenir des bonnes photos des autres joueurs défensifs (joueurs du champ ou des bases).

1BB : Namur Angels - Hoboken Pioneers

Préparation avant de photographier du baseball

Comme d’habitude connaitre un minimum les principes du jeu et également les différentes positions des joueurs, car cela permettra de mieux comprendre les explications suivantes. Je ne vais pas réinventer la route, donc voici le minimum à savoir extrait de l’article de Wikipédia :
”Une rencontre de baseball se joue avec deux équipes qui alternent en défense et en attaque. Neuf joueurs se trouvent sur le terrain en défense : un lanceur, un receveur et sept autres joueurs (quatre dans le champ intérieur : première base, deuxième base, arrêt-court, troisième base, et trois dans le champ extérieur : champ droit, champ centre et champ gauche) répartis sur le terrain pour rattraper la balle, si possible de volée pour éliminer le batteur

.smc_20090919_0256_1bb_angels_vs_braves
Une partie se joue en neuf manches. Une demi-manche prend fin quand trois batteurs sont éliminés. Une manche prend fin quand les deux équipes sont passées en attaque et en défense. En cas d’égalité après neuf manches, on joue d’autres manches pour départager les deux équipes. Par tradition, c’est toujours l’équipe qui reçoit qui passe en attaque après l’équipe visiteuse.”
Continuer la lecture →

Comments { 2 }