Tag Archives | filé

Photographier des sports moteurs (courses autos / motos)

Le Raidillon, Spa Francorchamps

Le Raidillon, Spa Francorchamps.
Canon 20D @17mm, 1/1250s, f/4, 100 iso

Récemment un lecteur m’a envoyé un mail pour me demander comment photographier une course de voitures.
Cet article a pour but de répondre à cette question puisqu’il est consacré à la photographie de sports moteurs de manière générale. Que ce soit des courses de voitures sur circuit ou lors d’un rallye, des courses de motos (de vitesse, de cross, enduro, …), … .
Bref on va s’intéresser à tout ce qui roule et qui a un moteur.

Accès et placement

Les disciplines de sports moteurs étant très nombreuses et les circuits n’étant pas standardisés il n’est pas possible de donner des indications précises concernant les accès et emplacements.
Globalement je distingue 2 types de “pistes”

  1. Circuits de Vitesse en auto / moto
    smc_Spa_eurorace_2005_0023en général sur ces circuits le public est tenu à bonne distance de la piste et se retrouve parfois derrière de gros grillages servant à le protéger des projections de débris. Ca va être le cas pour les circuits en F1, Nascar, voitures de tourisme, endurance, …
    Sur ce type de circuits, il y a des emplacements spécifiques qui sont réservés aux photographes. Ils sont souvent placés devant les grillages ou parfois à des endroits où il y a des lucarnes dans le grillage afin de pouvoir photographier sans obstructions.
    Avoir accès à ces zones spécifiques nécessite généralement d’être accrédité. Si il y a 10 ans il était encore relativement facile même pour un amateur de se faire accréditer, ces dernière années c’est devenu nettement plus compliqué. Les conditions d’accès dépendent du promoteur de l’événement. Plus l’événement est important et reconnu plus les conditions sont strictes.

    Course Kroger 250, Circuit de Martinsville, Virginie, USA.

    Course Kroger 250, Circuit de Martinsville, Virginie, USA.
    Canon EOS 7D @200mm, 1/2500s, f/5, 250 iso

    Mais le fait de ne pas être accrédité ne veut pas dire qu’il n’y a pas moyen de faire de belles photos. Pour éviter les grillages il faut parfois être un peu créatif et mobile pour soit passer au-dessus grâce à une échelle, soit trouver un point de vue sans obstructions. La photo de Nascar ci-dessus est faite depuis une tribune accessible au public. J’ai simplement cadré vers un endroit où les grillages n’étaient pas dans le champ. Idem pour celle ci-dessous.

    Course Nascar Goody's Fast Relief 500, Circuit de Martinsville, Virginie, USA.

    Course Nascar Goody’s Fast Relief 500, Circuit de Martinsville, Virginie, USA.
    Canon 7D @200mm, 1/1000s, f/5, iso 160

    N’oubliez pas qu’en “collant” l’objectif au grillage, on arrive à l’estomper / voire le faire disparaître (voir Comment photographier au travers d’un grillage).

    Meeting Francorchampagne - Dimanche BTCS - Race 1

    BTCS – Race 1, Spa Francorchamps.
    Canon 20D @280mm (70-200 + Multi 1.4x), 1/1000s, f/4, 100 iso

    Pour trouver les bons endroits pour se placer, la meilleure solution reste de faire le tour du circuit et d’envisager différents angles, emplacements, … en regardant la lumière, les arrière plan , …

  2. rallyes auto, motocross, enduro, …
    Souvent dans ces disciplines, le fait d’être accrédité ne donne pas de gros avantages en termes de positionnement/placement par rapport au public. Depuis les emplacements accessibles au public on est souvent assez proche de l’action. Ce sont donc des disciplines qui sont facilement accessibles et offrent de bonnes opportunités de photo. Elles sont idéales pour débuter et faire vos premières photos de sports moteurs.

    Ardenne Bleue Rallye 2006 SS5 Jalhay

    Ardenne Bleue Rallye 2006 SS5 Jalhay, un passage de gué rend l’image spectaculaire
    Canon EOS 20D @73mm, 1/640s, f/3.5, 800 iso

    Pour trouver les bons emplacements pour se placer sur les circuits de motocross, enduro, … c’est comme précédemment, je pense que le mieux est d’en faire le tour à pied (ou en tout cas en parcourir une partie).
    Pour les rallyes, essayez d’obtenir le parcours des spéciales et si possible parcourez celle(s) qui vous intéresse(nt) pour repérer les endroits intéressants. Arrêtez-vous, sortez de votre véhicule et évaluez l’emplacement, l’arrière plan, la lumière, …
    En parcourant les forums consacrés au rallye vous devriez également pouvoir obtenir des informations sur les bons emplacements / endroits spectaculaires.

Continue Reading →

Continue Reading

Défi 4/26 : photographier de l’athlétisme

photo sport : athlétisme 110m haies

Av, 1/1250s, f/4.5, 500 isos @200mm

Cet article fait partie de la série d’articles de mon défi consistant à photographier et présenter 26 sports en 1 an.
Vous pouvez consulter
l’article annonçant le défi pour plus d’informations; pour retrouver tous les articles en rapport avec le défi, c’est ici.

Pour ce défi, le 4ème de la série (il m’en reste 22 et je suis en retard sur mon planning), place à l’athlétisme.
Derrière le sport désigné par le mot « athlétisme » se cachent en fait toute une série de disciplines que l’on peut globalement regrouper en 4 catégories : les courses, les lancers, les sauts et des épreuves combinées (le triathlon par exemple).
Pour en apprendre plus sur ce sport, rendez-vous sur Wikipédia.

La plupart des photos illustrant cet article proviennent de 2 évènements photographiés il y a quelques semaines : Atlétissima, un meeting international organisé à Namur et les Championnats de la Ligue Belge Francophone d’Athlétisme.

Préparation

Championnat d'athlétisme LBFAAvantage ou inconvénient de l’athlétisme, le grand nombre de disciplines implique qu’il y a souvent plusieurs d’entre elles qui se déroulent en même temps : une épreuve de saut en longueur peut se dérouler au même moment qu’un 200 m et/ou que le lancer du poids par exemple.
Difficile donc de tout photographier.

Pour certaines disciplines dans lesquelles les participants sont nombreux (typiquement le 100m par exemple), l’épreuve commence par des séries éliminatoires durant lesquelles seuls les 1ers de leur série sont sélectionnés pour la finale.
Dans d’autres disciplines comme le saut en hauteur, la barre est placée à une certaine hauteur et les participants disposent d’un certain nombre de tentatives pour la franchir; en cas de réussite ils passent au tour suivant avec une hauteur supérieure et ainsi de suite.
Dans d’autres disciplines comme les lancers, ils effectuent un certain nombre de lancers dont les résultats sont notés et on conserve le meilleur résultat afin d’établir le classement.

Continue Reading →

Continue Reading

Défi 2/26 : Photographier de l’escrime

Escrime Championnat de Belgique Cadets

Cet article est le deuxième article de mon défi consistant à photographier et présenter 26 sports en 1 an.
Vous pouvez consulter
l’article annonçant le défi pour plus d’informations; pour retrouver tous les articles en rapport avec le défi, c’est ici.

Ce 2ème article de la série est consacré à un sport plus connu que Lacrosse et avec un certaine présence dans les médias français : l’Escrime (avoir des champions qui font de bons résultats dans une discipline ça aide pour la médiatisation …).
Je ne vais pas vous faire une présentation détaillée de l’escrime, si vous avez des doutes sur les armes, la piste, les règles, … je vous conseille l’article Wikipedia : Escrime.

Pour plus d’explications sur le sport ou pour trouver un cercle d’escrime près de chez vous, voyez la Fédération Francophone des Cercles d’Escrime de Belgique (FFCEB), la Fédération Française d’Escrime, la Fédération Suisse d’Escrime ou la Fédération Canadienne d’Escrime.

Préparation

faire_photos_escrime_20120422_0185

exifs : Obj 24-70/2.8 @70mm, 1/400s, f/2.8, 3200 iso

Après un contact très positif avec la FFCEB pour présenter le défi, j’ai choisi d’aller photographier les championnats de Belgique séniors épée, fleuret et sabre qui se sont déroulés il y a quelques jours.

Avant d’y aller j’ai fait mes devoirs en cherchant des exemples de photos sur google images, getty, … pour voir un peu ce qui se faisait comme photo, ce que cela pouvait donner, … bref chercher un peu d’inspiration.
J’ai également cherché des informations sur l’escrime via l’article Wikipedia : Escrime, les règles, les mouvements, … pour essayer de connaitre un peu plus le sport. Continue Reading →

Continue Reading

La stabilisation est elle utile en photographie sportive ?

On le dit souvent pour avoir des photos nettes il est important de bien prendre son boitier en main, d’avoir une bonne position corporelle, … Tous des éléments qui permettent d’être stable et de ne pas (trop) bouger durant la prise de vue.
Un autre élément à ne pas négliger pour obtenir des photos nettes c’est bien entendu la vitesse d’obturation (voir l’article à propos des bases de la photographie : ouverture, vitesse et sensibilité et la proportionnalité).

Pour compenser le manque de stabilité du photographe, la plupart des constructeurs proposent des mécanismes de stabilisation de l’image. On en distingue 2 types principaux : la stabilisation optique et la stabilisation mécanique.

La stabilisation optique

Elle est apparue dans les années 1990 chez Canon et Nikon. Le principe est de déplacer une lentille ou un groupe de lentilles dans l’objectif afin de corriger les mouvements de l’objectif et de ce fait empêcher l’image de ‘bouger’ sur la surface sensible.
C’est Canon qui a produit le 1er objectif grand public utilisant cette technique (le EF75-300/4-5.6IS USM en 1995), suivi ensuite par  un grand nombre d’objectifs tant dans le haut de gamme que dans les modèles d’entrée de gamme.

Dans le nom des objectifs stabilisés on trouve un acronyme indiquant qu’ils le sont.
Chez Canon il s’agit de IS (Image Stabilization); VR chez Nikon (Vibration Reduction); OS chez Sigma (Optical stabilization); VC (Vibration Control) chez Tamron.

La vidéo ci-dessous montre le groupe stabilisateur en action dans un objectif Canon :

 

Stabilisation optique : avantages – inconvénients

Les avantages  :

  • La visée est stabilisée
  • Meilleures performances (on gagne jusqu’à 4 vitesses)
  • Le stabilisateur est optimisé pour l’objectif
  • Fonctionne également avec un ‘vieux’ reflex argentique

Les inconvénients :

  • Chaque objectif doit être équipé (d’ou surcout éventuel, augmentation du poids)

La stabilisation mécanique

Dans ce cas-ci le principe est différent. Il est apparu avec les capteurs numériques et à été commercialisé pour la première fois par Minolta en 2004 (pour le d7D).
Au lieu de déplacer un groupe optique dans l’objectif, c’est le capteur de l’appareil qui se déplace de manière à compenser les vibrations.

Depuis on retrouve ce système sur les appareils Sony et Pentax.

Stabilisation mécanique : avantages – inconvénients

Les avantages :

  • on ne paye le système de stabilisation qu’une seule fois
  • tous les objectifs sont stabilisés, même ceux qui sont très anciens
  • moins de pièces en mouvement dans les objectifs qui restent + simples à construire (et en théorie moins chers)

Les inconvénients :

  • la visée n’est pas stabilisée ce qui est très inconfortable avec les longues focales
  • un peu moins efficace que la stabilisation optique

 

La stabilisation est elle utile en photographie sportive ?

Oui et Non !

Pourquoi Non ? Dans de nombreux cas lorsque l’on photographie du sport on va utiliser une vitesse assez élevée (temps de pose court) afin de pouvoir figer le mouvement du sportif. Généralement cette vitesse est suffisamment rapide pour prévenir / empêcher le flou du au bouger. Pour rappel, on considère qu’il faut une vitesse plus rapide que l’inverse de la focale de l’objectif, donc avec un 300mm, si vous êtes à 1/500s les petits mouvements dus au photographe ne devraient pas entrainer de flou dans la photo.

Pourquoi Oui ? On ne fait pas que des photos de mouvements rapides; un objectif peu aussi servir à faire un portrait d’un joueur, d’un élément qui ne requiert pas cette vitesse d’obturation très élevée. Ou bien on peut vouloir faire un filé / fond filé d’un sujet en mouvement et donc utiliser une vitesse relativement lente. Dans ce cas grâce à une mode de stabilisation spécifique disponible sur certains objectifs / boitiers il sera possible de compenser les mouvements de haut en bas et pas le déplacement gauche – droite nécessaire à la réalisation du filé.

Contrairement à ce que certaines publicités pour appareils photos essayent de vous faire croire la stabilisation ne va pas permettre de faire des photos nettes en toute circonstances. Si le sujet bouge c’est votre vitesse d’obturation qui sera importante pour avoir une image nette.

ps : Pour être complet, il faut noter qu’il existe une 3ème méthode de stabilisation qui était proposée à une certaine époque par Fuji, ce qu’on pourrait appeler la stabilisation numérique. Elle consistait en l’augmentation de la sensibilité ISO de l’appareil afin d’obtenir une vitesse de prise de vue plus élevée et donc augmenter les chances de neutraliser le flou du aux mouvements du photographe mais également dans ce cas-ci le flou du aux mouvements du sujet.

Continue Reading

Comment régler mon appareil pour la photo de sports ?

réglage photo de sportsC’est une question qui revient régulièrement sur différents forums de photo et pas uniquement à propos de la photographie sportive d’ailleurs.
Mais c’est une question à laquelle il est difficile de donner une réponse unique, chaque situation étant différente (lumière, sujets, …) et chaque photographe ayant ses habitudes.

Mode Sport

Certains appareils proposent un mode sport / action; dans ce mode l’appareil va essayer d’optimiser les paramètres pour vous permettre de réussir vos photos.
Pour cela il va essayer de travailler avec une vitesse rapide (1/500s ou plus) , monter dans les iso si nécessaire et activer le suivi d’autofocus (AI servo chez Canon, AF-C chez Nikon).
Cette solution peut être acceptable quand on débute ou que l’on ne veut pas trop se prendre la tête avec les réglages pour faire des photos de ses enfants, mais l’idéal c’est d’aller plus loin et de choisir soi même les réglages afin de contrôler ce qui se passe.

Modes semi automatiques

Comme on l’a vu précédemment dans l’article rappel des bases de la photographie : ouverture, vitesse et sensibilité et la proportionnalité en tant que photographe il y a 3 éléments sur lesquels nous pouvons agir et effectuer des réglages. Si vous avez bien compris ce que j’y expliquais (et si c’était clair Clignement d'œil) vous ne devriez pas avoir trop de problèmes à cette étape-ci. Continue Reading →

Continue Reading

Rappel des bases de la photographie : ouverture, vitesse et sensibilité et la proportionnalité

Bien que tous les appareils numériques actuels (réflexes comme bridges ou compacts) proposent des modes automatiques relativement performants, une bonne compréhension des bases de la technique photo me semble nécessaire à la réalisation de bonnes photos de sport.

L’exposition correcte d’une photo dépend de la quantité de lumière qui atteint la pellicule ou dans le cas du numérique, le capteur de l’appareil.

Cette quantité de lumière dépend de l’ouverture du diaphragme et de la vitesse d’obturation lesquels sont liés la sensibilité ISO.

Ouverture / Diaphragme

L’ouverture, généralement indiquée par un nombre f, est un nombre qui définit la grandeur du ‘trou’ dans le diaphragme et donc l’intensité de la lumière atteignant le capteur. Pour modifier cette ouverture, on ouvre ou on ferme le diaphragme.

Les ouvertures les plus courantes sont f1 – 1,4 – 2 – 2,8 – 4 – 5,6 – 8 – 11 – 16 – 22 – 32 – …

Plus le nombre est petit (par exemple 2,8) plus l’ouverture dans le diaphragme est importante et donc plus la quantité de lumière entrante est importante.

image
Exemple d’ouvertures de diaphragmes
Source :
http://www.image-in13.com/

Pour la photographie de sport il est souvent conseillé de travailler avec le diaphragme grand ouvert car cela permet de faire rentrer un maximum de lumière.
Continue Reading →

Continue Reading

Powered by WordPress. Designed by WooThemes