Quel matériel pour la photographie sportive ?

“Ce n’est pas le matériel qui fait la photo, mais bien le photographe”

Bien qu’exacte, cette affirmation doit être modérée dans le cas de la photo de sport ; car avoir le mauvais équipement (appareil trop peu performant, objectif avec une ouverture trop faible, …) signifie souvent ne pas avoir les photos souhaitées.

Ce post va présenter brièvement les caractéristiques principales des boitiers et des objectifs en expliquant certains termes et particularités.

Les objectifs

Différents paramètres permettent de décrire et caractériser un objectif. Ces caractéristiques ont une influence sur les performances et le prix de l’objectif.

Suivant le sport photographié, les besoins en terme d’objectifs varient fortement.

Focale

Longueur Focale - created by en:User:DrBobLa longueur focale appelée focale pour simplifier représente la distance en millimètres qui sépare le foyer optique d’un objectif du film ou du capteur.
Plus cette distance est importante plus l’angle de vision sera restreint et donc plus le cadrage sera centré sur un point particulier.

On peut grouper les objectifs en 5 grandes catégories suivant leur longueur focale :

  • Les très grands-angles : de 16 à 28 mm
  • Canon EF 50mm 1.2Les grands-angles : de 28 à 35mm, souvent utilisés pour les photos de paysage, le reportage
  • Les focales standards : de 35 à 70mm, pour les photos ‘courantes’, le 50mm est souvent utilisé pour les portraits car il offre à peu près le même angle de vision que l’œil humain et très peu de déformations.
  • Les longues focales (téléobjectif) : de 80 à 200mm
  • Canon 600mmLes très longues focales (super téléobjectif) : plus de 200mm pour se rapprocher de l’action dans le cadre de photos sportives par exemple

Gamme objectifs Canon

Suivant ce que l’on veut faire (vue d’ensemble ou gros plans), suivant la distance par rapport au sujet on choisira donc une focale plutôt qu’une autre.

Ouverture

L’ouverture correspond au ratio entre la focale et le diamètre de la pupille d’entrée de l’objectif ( ouverture = focale/diaphragme ). Une ouverture de f/4 par exemple, signifie que pour un objectif ayant une focale de 50mm la pupille d’entrée fera 12,5mm.

L’ouverture des objectifs est un facteur important car plus l’ouverture d’un objectif est importante (on dit qu’il est rapide) plus il laisse rentrer de lumière ce qui permet d’avoir une vitesse d’obturation importante (de courte durée) et donc figer les mouvements.

Plus le nombre indiquant l’ouverture est petit, plus l’ouverture sera importante. Un objectif avec une ouverture de f/4 à une plus grande ouverture qu’un objectif avec une ouverture de f/5.6, celui à l’ouverture de f/4 laisse entrer 2 fois plus de lumière que celui avec l’ouverture de f/5.6.

La plupart des objectifs grand public ont une ouverture de f/5.6 à la plus longue focale. Une ouverture de f/5.6 est souvent suffisante pour les sports de plein air pratiqués la journée, mais cela se révèle insuffisant pour les sports d’intérieur ou si l’action se déroule le soir / la nuit.
La plupart des pros de la photographie de sport utilisent des objectifs qui ouvrent à f/2.8 ou plus car ils leur permettent de capter plus de lumière grâce à la grande ouverture.

Outre la quantité de lumière l’ouverture influence également la profondeur de champ (zone nette). Plus l’ouverture est grande, plus la profondeur de champ sera courte et plus l’arrière plan sera estompé et donc moins visible. Cette caractéristique est pratique pour mettre le sujet en évidence et minimiser les distractions de l’arrière plan.

Ce genre d’objectifs à grande ouverture est extrêmement coûteux, par exemple un 400mm f/2.8 vaut plus de 8000 €. En plus d’être coûteux ces objectifs puissants ont également l’inconvénient d’être lourds et encombrants.

Boîtier reflex

En plus des objectifs, il faut aussi un appareil capable d’en tirer profit. La plupart des photographes de sport utilisent aujourd’hui des appareils reflex numériques. Pour la plupart la migration au numérique c’est déroulée vers 2003/2004, le numérique présentant une qualité d’image supérieure à l’argentique dans les hautes sensibilités.

Nikon D3sParmi les appareils pros destinés à la photo de sport on retrouve les Canon 1Dx et 1Dx Mark II ; les Nikon D4s et D5 .

Ces appareils disposent d’une motorisation rapide permettant la prise de vues en rafale à une cadence élevée (plus de 10 images par seconde pour les modèles pro), d’un autofocus très rapide et précis et d’une construction solide résistante aux intempéries.

Ils permettent également de travailler avec des hautes sensibilités ISO (6400 iso voire nettement plus) tout en conservant une bonne qualité d’image.

Dans la gamme expert (un peu moins performants mais nettement plus abordables) on trouve les Canon EOS 7D Mark II, EOS 5D Mark III ou les Nikon D800 par exemple.

Et avec les progrès techniques actuels, la plupart des boitiers reflex d’entrée de gamme actuels permettent déjà de réaliser de bonnes photos de sport lorsque les conditions ne sont pas trop difficiles, c’est à dire en extérieur la journée.

Et les bridges ?

Bien que beaucoup de bridges actuels proposent des zooms relativement puissants, ces appareils sont généralement assez peu adaptés à la photo sportive en raison de la lenteur leur autofocus, de leur courte focale réelle qui engendre une profondeur de champ importante et du bruit élevé à des sensibilités supérieures à 400 iso.

Néanmoins pour un usage occasionnel ou pour cause de « restriction budgétaire » ils peuvent être suffisants.




, , , , , , , , , ,

4 Responses to Quel matériel pour la photographie sportive ?

  1. Serge Durand 02/05/2011 at 15:07 #

    Très bon article, merci Frédéric. Tu couvres en effet un des fondamentaux dans la photo, la couche de base: le matériel. J’ai écrit un article similaire, quoique plus généraliste. Le lien est ici: http://artphotoheritage.com/2011/04/30/les-caractristiques-cls-dun-objectif-partie-1/
    Je partage ton point de vue sur les bridges, qui ne permettent quasiment jamais de gérer soi-même la profondeur de champ. Maintenant, j’ai une question: quid des boitiers moyen-format comme les Pentax 645 ou des anciens Hasselblad? Avec des prix de fou en occasion, il y a moyen de s’équipper avec un bon télé et faire de superbes photos (car grand capteur/pellicule), non?

    • Frédéric de Laminne 02/05/2011 at 20:06 #

      Bonjour Serge,
      il semble effectivement que nous avons écrit quasi simultanément un article consacré aux objectifs. Les 2 articles se complètent bien je pense.
      Pour les bridges, ils peuvent être une bonne solution pour ceux qui ne veulent pas s’encombrer, mais la taille du capteur et la lenteur de l’AF les rendent difficilement utilisables pour de la photo d’action / sport.

      Pour les boîtiers argentiques moyen formats on peut effectivement trouver des offres intéressantes en occasion et cela peut tout à fait être une bonne solution pour des photos de paysage, portrait, …
      J’ai d’ailleurs acheté un Mamyia 645 il y a quelques mois, c’est amusant et ca change des réflex numériques (et c’est tout à fait à l’opposé de ma pratique photo habituelle).

  2. Fasquel 14/04/2013 at 19:48 #

    Bonjour,

    Actuellement j’ai un Nikon D 3100, j’effectue principalement des photos de triathlon. Je souhaite chnger de boitier mais je suis indécise sur plusieurs boitier (Nikon D600, Canon 6D…) . J’ai un budget de 2000 à 3000 Euros, que me conseillez-vous ? Merci beaucoup.

Trackbacks/Pingbacks

  1. En bref #2 | Photographie-sportive.com - 09/05/2011

    […] ArtPhotoHeritage a consacré un article à la PDC, l’article se base sur des photos exemples pour expliquer la profondeur de champ et quels sont les paramètres qui l’influence. Il y a également un article sur les caractéristiques des objectifs qui complète assez bien ce que je disait dans mon billet consacré au matériel pour la photographie sportive. […]

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Powered by WordPress. Designed by WooThemes